Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Jacques Benoît

 

 

3761071_film-arcady-ilan-halimi.jpg

 

 

Je ne savais trop comment aller voir ce film.

 

J'avoue m'être assis dans la salle de cinéma avec des sentiments mêlés. Comment réagir à la détresse absolue d'une mère qui perd son enfant innocent de tout dans la torture, comment penser à ce crime vieux déjà de huit ans - de l'avant Mérah -, et que dit-il de la France d'aujourd'hui?

 

L'assassinat de Ilan Halimi, à 23 ans, et parce que selon les meurtriers devant avoir de l'argent parce que juif, renvoie aux pires idéologies de notre Histoire et à cette volonté d'extermination d'un peuple.

 

La douleur extrême d'une mère magnifique et d'une famille éplorée ajoute à la compassion, mais la terrible réalité de la violence humaine est là, posée dans son horreur: la bête, en France, court encore.

 

Le film d'Arcady suggère et témoigne. Les acteurs - Zabou Breitman notamment, mais tous les autres aussi - jouent juste, et nous entraînent par l'image dans cette fiction vraie aux limites de l'horreur supposée. Les pleurs et le courage de Ruth Halimi m'ont bouleversé.

 

Depuis ce crime antisémite, d'autres suivirent. Encore.

 

"24 jours" est un film nécessaire et à voir.

 

Il incite à cet engagement très personnel qui touche au plus intime de chacun, posant la question la plus importante qui soit à une société: comment vivre ensemble? L'actualité nous invite à cette interrogation tous les jours.

 

Personne ne pourra dire qu'il ne savait pas.

 


 


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article