Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Jacques Benoît

 

 

conges1936a.jpgMenacée par la fascisme, en pleine crise économique, la France signe le 7 juin les Accords Matignon, impensables quelques semaines plus tôt: semaine des 40 heures, premiers congés payés de quinze jours, hausse des salaires...

 

Le 26 avril, la Gauche unie avait remporté les élections législatives, puis le 3 juin Blum avait formé son gouvernement sans participation communiste mais avec le soutien du PC. Mai et juin 36 verront se déployer des formes inattendues de vie démocratique jusqu'au fin fond du plus petit village français, alliant grèves et décisions gouvernementales... Le peuple se réappropriait ses intérêts, et ceux de la Nation tout entière.

 

Nul besoin de faire ici un cours d'Histoire! Mais dans le souvenir symbolique et concret du peuple français, le Front Populaire reste une grande page de conquêtes ouvrières et sociales, après la grande crise de 1929, et avant la terrible guerre de 1939.

 

Pendant quelques mois, la République avait su commander à l'économie et la mettre à son service!

 

La non-intervention en Espagne restera comme la grande blessure du Front Populaire. Chacun sait aujourd'hui que Blum était favorable à l'intervention, mais qu'elle n'eut pas lieu, Blum voulant garder l'accord des Radicaux, par crainte qu'ils ne s'allient avec la droite. Cette alliance se réalisera plus tard en 1938, provoquant la chute du gouvernement Blum, avec Daladier, dont on sait quelle fut sa politique, notamment internationale face à Hitler...

 

Les leçons de mai et juin 36 sont toujours présentes à notre esprit: union des gauches, participation et intervention citoyenne, démocratie, une République qui dise la loi pour tous, organise la justice sociale et économique dans l'écoute des demandes de son peuple, ouvriers, paysans, petits producteurs, intellectuels... Puisse le Parti Socialiste s'inspirer encore longtemps de ces idéaux et de ces valeurs!

 

D'une certaine manière et avec bien sûr les différences d'aujourd'hui, je retrouve dans les mouvements de la jeunesse et des peuples de Tunisie, d'Egypte, de Grèce, d'Espagne et d'ailleurs cette fraternité, cette envie de dignité que le Front Populaire a su nous montrer.

 

Et si, 75 ans plus tard, le Front Populaire n'était pas seulement un anniversaire mais une leçon d'actualité, en ce temps des cerises?

Commenter cet article