Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Jacques Benoît

 

 

grande boucle

 

 

Le "Conseil National des professions du cycle français" a publié un communiqué récemment où il met en en évidence les fortes inquiétudes des professionnels français et européens du vélo face à l'offensive chinoise.

 

Cet article met en lumière, sans qu'il le veuille mais par les faits évoqués, le projet de démondialisation et de protectionnisme européen d'Arnaud Montebourg, visant à défendre nos emplois, nos technologies, et la réindustrialisation du pays.

 

En voici la teneur:

 

"Tout comme les grandes compétitions telles que le Tour de France, le Giro, Vuelta ou Paris-Roubaix, l'industrie du vélo est une grande tradition en Europe.

depuis l'origine de ces épreuves, tous les grands champions ont roulé sur des vélos aux marques glorieuses telles que Peugeot, Gitane, Bianchi, Legnano, BH, Orbea, Colnago, Eddy Mercks, Batavus, Campagnolo, look, Sella Italia, Selle Royal,... Ces marques, toutes produites en Europe, font partie de la Grande Histoire du vélo européen.

 

L'existence de ces marques prestigieuses est cependant suspendue à une décision politique des instances communautaires. En effet, le cadre législatif protégeant l'industrie communautaire de la concurrence déloyale effectuée par les fournisseurs chinois menace d'être levé.

si une telle décision était prise, les conséquences pour l'industrie européenne du cycle seraient extrêmement graves et conduiraient vraisemblablement, comme ce fut le cas pour les Etats-Unis à la fin des années 90, à la disparition totale de l'industrie communautaire du vélo au profit de la Chine.

ainsi, 100 000 emplois "verts" seraient supprimés en Europe, 250 usines de vélos et plus de 300 usines de composants, principalement des PME, impliquées dans la fabrication de bicyclettes en UE, disparaîtraient. l'importation de 13 millions de vélos chinois se traduiraient par l'émission de plus de 500 000 tonnes de CO2.

 

Les consommateurs, réunis autour de l'association Européenne ECF, sont également soucieux de l'origine des vélos qu'ils achètent. la fabrication de vélos en Europe pour le marché européen est non seulement une logique économique et environnementale, mais elle est également un gage de qualité indéniable pour les consommateurs européens.

 

Des discussions quotidiennes, conduites par EBMA et COPILED, sont en cours auprès des instances communautaires ( DG Commerce ) afin de sauver l'industrie européenne du cycle.

L'arrêt des mesures antidumping actuellement en vigueur conduirait inexorablement à la disparition européenne du cycle, de ses emplois directs et indirects et de la qualité Made in Europe.

 

Souhaitons que les routes des grandes compétitions européennes telles que le Tour de France puissent continuer à être arpentées par les marques qui nous sont chères et participer au développement de l'industrie européenne du cycle."

 

EBMA: European Bicycle Manufacturers Association

COPILED: Federation of the European Two-Weeler Parts and Acessories Industry

Commenter cet article