Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Jacques Benoît

 

 

simone.jpg

 

 

La promesse.

 

De celles que l'on tient, même si on ne sait pas trop comment cela va se faire.

 

De celles que l'on se dit à plusieurs, surtout des femmes, au sortir du crématoire qui voit l'amie Simone Rousseau disparaître de nos yeux.

 

Simone, ce fut une vie au service des autres, au service des droits des plus humbles, aux plus exclus de nos sociétés, de ces rejetés dans nos villes et campagnes: le prisonnier, le SDF, la femme battue ou/et violée, l'immigré... Simone, ce fut aussi une famille engagée, toujours prête à rendre service. Malade et se sentant décliner, elle émit un voeu que l'on puisse un jour créer un lieu pour femmes battues à Pessac.

 

C'est cette promesse-là qui a été tenue en ce jour. Non pas seulement un engagement moral, mais aussi et autant un engagement politique, celui d'une Municipalité qui parle et travaille sur la violence intra-familiale, de ses conséquences, de la protection des femmes et des enfants, des recours en justice, de l'aide à trouver un emploi ou un logement. Et qui agit en créant un tel lieu - la Maison de Simone -, complémentaire du service municipal de la médiation citoyenne, avec des partenaires divers et engagés.

 

L'actualité récente nous montre que certains hommes ont des dificultés, et transgressent la loi cédant à leurs pulsions non-maîtrisées, en ne respectant pas les femmes, et d'abord dans le cercle familial. Plus généralement comment de tels hommes peuvent-ils alors diriger ici une entreprise, là un ministère, ailleurs une université?

 

Je souhaite beaucoup de courage aux bénévoles et aux professionnels engagés dans le dur combat pour la dignité et le respect qui les attendent, avec la Maison de Simone.

 

 

Commenter cet article