Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Jacques Benoît

5808cbf21a« Des habitats sûrs dans des quartiers sûrs grâce à la médiation locale, aux polices locales, à la sécurisation des habitants », tel est le dossier de participation que la Ville de Pessac a présenté au concours du « Prix Prévention de la Délinquance 2010 ».

 

Plus de 140 dossiers ont été soumis à ce concours organisé par le Forum Français pour la Sécurité Urbaine. Le Forum est un réseau d’environ 130 collectivités ou regroupements de communes, représentant 70% de la population française. Le prix 2010 était organisé par le Forum en partenariat avec l’ACSE, le Comité Interministériel de prévention de la délinquance, le Sénat et la Gazette des communes.

   

Le dispositif des chantiers éducatifs est mis en place dans le cadre du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la délinquance de la ville. Le terme de « chantier éducatif » désigne une activité de production de biens ou de services réalisée par un groupe de jeunes. Les principaux secteurs concernés sont l’environnement, le second œuvre du bâtiment, les travaux de manutention, les travaux saisonniers, les espaces verts, la décoration, l’agriculture.

 

Le  Chantier éducatif s’inscrit dans une démarche de prévention et de médiation qui se situe en amont des chantiers d’insertion. Il s’adresse à des personnes âgées de 14 à 25 ans. Il poursuit des objectifs éducatifs, sociaux, de médiation, de solidarité et de lien social sur les différents quartiers de la ville. Nous avons pu constater qu’il dynamise le partenariat local autour de la prévention et de la médiation.

 

Le montage est en général le suivant : un donneur d’ordre (Mairie, bailleurs sociaux), un employeur (une structure intermédiaire), un encadrement technique ( Mairie, bailleurs sociaux, structures d’insertion, associations), un encadrement socio-éducatif ( association de prévention spécialisée, centres sociaux, Protection Judiciaire de la Jeunesse), une coordination opérationnelle (Mairie).

 

Les chantiers ont lieu sur les différents quartiers de Pessac en particulier dans les trois grands quartiers populaires de Saige, la Châtaigneraie et du Haut-Livrac. Ils sont mis en place tout au long de l’année, durant les périodes de congés scolaires mais également en dehors de ces dernières.

 

Le Chantier éducatif n’a pas a-priori d’ambition d’insertion économique, mais plutôt d’aider les jeunes à (re)prendre confiance en soi, à répondre à un besoin de reconnaissance, de valorisation, à mesurer leur motivation à effectuer un travail, à les aider à adapter leur comportement en intégrant en particulier les règles liées à la vie de groupe, à leur donner une première expérience professionnelle et à vivre la réalité de ce monde-là, et donc à inscrire le jeune dans une démarche de citoyen actif. En participant à des travaux liés à un intérêt collectif se créent ainsi des liens avec les habitants des quartiers et les institutions (bailleurs sociaux par les gardiens d’immeuble, mairie par les employés municipaux…).

 

En 2009, 25 chantiers ont été réalisés sur l’année regroupant au total une centaine de jeunes des différents quartiers de la commune.

 

Faire que chaque jeune trouve sa place malgré des dérapages possibles ou prévisibles, c’est une forme de tricotage de notre République sur le sol de la commune à-travers ces trois supports à manier ensemble : la bienveillance, la règle, et l’aide. On pourrait dire aussi la prévention, la répression, et la solidarité.

 

Ainsi, par cette volonté politique, la commune met à disposition des acteurs socio-éducatifs un outil permettant de décaler leur intervention du quotidien en créant les conditions d’une relation éducative privilégiée. L’évolution du dispositif et les différentes réunions de bilan et d’échanges montrent que la mise en place des chantiers éducatifs permet de créer, renouer ou faire évoluer la relation éducative avec les jeunes mineurs ou adultes, parfois en totale rupture avec leur environnement familial ou scolaire, pouvant amener à des conduites addictives ou des passages à l’acte.

 

On peut constater au-travers der ces chantiers une nette amélioration des relations entre les jeunes et les gardiens d’immeubles par exemple, avec les habitants aussi. Certrains chantiers (entretien des espaces privatifs, nettoyage des caves, enlèvement des encombrants) ont été très bien vécus. Le niveau des regroupements s’accompagnant de nuisances, de dégradations et d’actes de malveillance a nettement diminué. Le climat d’ensemble est plus serein et pacifié.

 

En même temps, il ne faut pas se leurrer, la situation est fragile.

 

D’abord parce qu'une politique locale seule, aussi efficace et bien pensée soit-elle, ne sera jamais suffisante si elle n’est pas accompagnée, notamment par l’Etat. Or qu’a fait ce gouvernement depuis les émeutes de 2005 ? Rien , ou presque, si ce n’est remettre en cause des politiques efficaces (aides aux associations en nette diminution, suppression de la police de proximité, suppression de 10 000 fonctionnaires de police, …)

 

Et surtout aucune réponse d’ensemble à la crise des banlieues ! On peut aider avec des centaines de milliards de dollars ou d’euros au sauvetage des banques – et il fallait le faire ! -mais ce gouvernement ne trouve pas les quelques milliards d’ euros nécessaires à un vrai Plan d’action pour nos quartiers populaires de banlieue !

 

Ce fort sentiment d’injustice, aggravé par le chômage et la difficulté de l’insertion économique, rend nos actions fragiles.

 

Malgré cette politique de désengagement du gouvernement actuel, le dispositif des Chantiers éducatifs est un bon outil. Il reprend un certain nombre de principes énoncés dans la Charte Urbaine Européenne de 1992. Il tend à démontrer que la politique de prévention doit être reconnue comme une priorité sociale et éducative, se basant sur l’égalité des chances et la citoyenneté, sans forme de discrimination ou de stigmatisation.

 

Avec cet outil, je crois que la commune promeut ainsi les droits de l’homme et les libertés fondamentales de chaque individu, dans ce rapport toujours à interroger entre les droits et les devoirs de chacun.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article