Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Jacques Benoît

 

François ASCHER – Métapolis ou l'avenir des villes.


9782738124654"Il existe de nos jours dans le monde quatre mille villes de plus de cent mille habitants, deux cent cinquante de plus d'un million, une quarantaine de plus de cinq millions et une quinzaine de plus de dix millions. Tout laisse à penser que ces nombres vont continuer à augmenter. Ces faits recouvrent certes des réalités différentes dans les pays pauvres à dominante encore agricole, où la concentration urbaine est « extensive », et dans les pays anciennement industrialisés où l'urbanisation est déjà généralisée.

Depuis le début de ce siècle, on appelle « métropoles » les plus dynamiques et les plus importantes de ces agglomérations. Etymologiquement, la métropole est la cité grecque ancienne, « mère » de ses colonies, qui « exporte » ses guerriers, ses commerçants et ses dieux. Cette image sied bien à la grande ville moderne, qui se définit plus par le rayonnement international de ses entreprises, de ses capitaux, de ses universités, que par des fonctions traditionnelles régionales et par un arrière-pays dont elle tirerait ressources et puissance."

 


Jacques ELLUL – Silences.

 

9782908799163"Regarde-moi petit enfant

De ton regard tendre et sérieux

de ton enquête sur mon être

de toi plus rien ne me défend

Dans la lumière de tes yeux

glisse l'armure et gît le sceptre

Regarde-moi petit enfant

qui m'interroge et me déclôt

Je te réponds je suis sincère

et dans mes yeux pour cet instant

ton calme gagne, rien de trop -

et tu vois poindre le mystère."

 

 

Philip ROTH – Un homme.

 

"31agD1C+AXL AA240Et voilà: il avait divorcé trois fois, jadis épouseur à répétition, mari caractérisé tout autant par sa ferveur que par ses malversations conjugales, et il allait devoir s'en sortir tout seul; dorénavant, il devrait s'en sortir tout seul jusqu'au bout. Depuis l'âge de vingt ans, où il se trouvait conformiste, et jusqu'à la cinquantaine et au-delà, il avait plu aux femmes, depuis qu'il était entré aux Beaux-Arts, ça ne s'était jamais démenti. Et puis un jour, il s'était produit quelque chose d'imprévu, d'imprévu et d'imprévisible: il vivait depuis trois-quart de siècle, et voilà que la phase créative, active de sa vie était révolue."

 

 

Jack LONDON – Le peuple d'en bas.

 

"9782859405991Les expériences que je relate dans ce volume me sont arrivées personnellement durant l'été 1902. Je suis descendu dans les bas-fonds londoniens avec le même état d'esprit que l'explorateur, bien décidé à ne croire que ce que je verrais par moi-même, plutôt que de m'en remettre aux récits de ceux qui n'avaient pas été témoins des faits qu'ils rapportaient et de ceux qui m'avaient précédé dans mes recherches. J'étais parti avec quelques idées très simples qui m'ont permis de me faire une opinion: tout ce qui améliore la vie, en renforçant sa santé morale et physique, est bon pour l'individu; tout ce qui, au contraire, tend à la détruire est mauvais.

Le lecteur s'apercevra bien vite que c'est cette dernière catégorie - ce qui est mauvais – qui prédomine dans mon ouvrage."

 

 

M. K. GANDHI – Expériences de vérité ou autobiographie.

 

 

9gandhi068"J'avais obtenu de mon père la permission d'aller voir le spectacle que donnait une compagnie dramatique. La pièce en question – Harishandra – conquit mon coeur. Je ne pouvais me lasser de la voir. Mais combien de fois me permettrait-on d'y assister? Elle dut me hanter et j'ai dû la jouer Dieu sait combien de fois. « Pourquoi tout le monde ne serait-il pas aussi loyal et fidèle que Harishandra? », me demandais-je jour et nuit. Poursuivre la vérité et endurer toutes les épreuves que subit Harishandra, tel était la grande idée que m'inspira cette pièce. D'y penser me faisait souvent pleurer. Le bon sens me dit aujourd'hui que Harishandra n'a jamais pu être un personnage historique. Et pourtant Harishandra et Shravana sont tous deux pour moi de vivantes réalités, et je suis sûr que la lecture de ces pièces ferait naître encore en moi la même émotion qu'autrefois."

 

 

 

 

Commenter cet article