Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Jacques Benoît

 

Le processus électoral qui a eu lieu en Côte d'Ivoire pouvait laisser augurer du respect du vote des électeurs. Hélas! Le pouvoir de Gbagbo n'admet pas aujourd'hui la victoire d'Alassane Ouattarra, largement élu par ses concitoyens.

 

Ce refus fait couler le sang d'Ivoiriens et d'Ivoiriennes, combattants de la liberté. Ils ne veulent pas d'un usurpateur. La Côte d'Ivoire est un grand pays, qui connaît la démocratie et son prix. La responsabilité, c'est d'admettre la loi des urnes. Où est donc l'ingérence française, aujourd'hui dénoncée par Gbagbo, dans le résultat démocratique? Trop facile de dire, quand on a perdu démocratiquement une élection, que c'est la faute de l'autre!

 

La manipulation du camp Gbagbo - l'affrontement entre Noirs et Blancs, la dénonciation de l'ingérence française et internationale - est ancienne. On a même inventé pour cela le concept d"ivoirité"! Mais en l'état des réactions des pays africains, tous les gouvernements autour de la Côte d'Ivoire qui ont condamné Gbagbo seraient aussi des gouvernements racistes? L'ONU, qui veut heureusement faire respecter la démocratie en Afrique, est donc manipulée? Par quel complot? La réalité est que Gbagbo ne veut pas quitter le pouvoir, tout simplement.

 

Je suis inquiet car des groupes extrêmistes armés sont prêts à tout pour garder ce pouvoir corrompu. Espérons que l'armée ivoirienne sache garder raison. L'Afrique de l'Ouest a autre chose à montrer d'elle-même!

 

Pour qui aime comme moi ces belles régions, ces hommes et femmes valeureux, je sais que la France a besoin d'y apporter un autre message, un autre comportement, et notamment dans sa politique d'immigration et d'accueil de ces populations sur le sol français, à l'opposé du fameux discours de Dakar. Nous devons penser d'autres échanges, plus justes, plus équitables.

 

Dans cette grave situation, la solidarité des Socialistes doit être aussi sans faille, par un

soutien sans faille à l'Etat de droit ivoirien, au Président élu Alassane Ouatttara, à la reconstruction du pays.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article