Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Jean-Jacques Benoît

 

  des-intermittents-manifestent-au-ministere-de-la-culture 47

 

 

 

J'ai proposé hier au Conseil d'Administration de l'IDDAC - Institut Départemental de Développement Artistique et Culturel -, que je préside, et qui est l'agence culturelle du Département, la motion suivante qui a été votée à l'unanimité des nombreux membres présents:

 

POUR UNE NECESSAIRE CONCERTATION

Motion de soutien au mouvement des intermittents du spectacle

 

Depuis quelques semaines, les artistes et techniciens du spectacle multiplient les actions pour obtenir que "l'accord" du 22 mars dernier sur l'assurance chômage ne soit pas signé en l'état. Les annulations, prises de parole publiques et manifestations de ces derniers jours ont montré une mobilisation d'ampleur qui a reçu le soutien d'organisations culturelles et artistiques du spectacle vivant.

 

Le texte, s'il s'inscrit dans une renégociation plus globale de la Convention Unedic entre syndicats et organsations patronales, renforce en réalité la précarité d'un statut professionnel à un moment où notre société se doit de lutter plus fortement contre l'exclusion. Ce constat d'urgence, nous le faisons à l'IDDAC, car le Conseil Général de la Gironde est en première ligne pour constater chaque jour un peu plus ce besoin d'inclusion et de cohésion sociale.

 

Le durcissement de la contestation impacte fortement les territoires. Si l'on peut invoquer les conséquences économiques des annulations d'évènements culturels, rappelons que ces derniers ont aussi, et surtout, une fonction de lien social, qui, au-delà des festivals importants, contribue pleinement à la vie quotidienne des habitants de nos territoires.

 

Vivre ensemble, c'est accepter de reconnaître l'autre. Si nous sommes convaincus de l'opportunité de proposer une réforme progressiste d'un statut ne répondant qu'imparfaitement aux enjeux culturels et artistiques d'aujourd'hui (car celui-ci n'a pas été créé pour cela originellement), nous ne pouvons accepter que celle-ci se fasse en aggravant les conditions d'emploi des artistes et des professions du spectacle, sans apporter de réponses et de solutions nouvelles hormis celles de l'affrontement. Ceci est d'autant plus dommageable que des propositions concrètes et pertinentes existent depuis plusieurs années et qu'elles ont été reprises dans un dernier rapport parlementaire.

 

Réunis ce 16 juin 2014, le Conseil d'Administration de l'IDDAC souhaite donc en appeler aux responsabilités de chacun, aux siennes en premier lieu, et à la nécessaire solidarité de toutes et tous pour que ces contributions, qui permettraient de lutter contre la précarité d'emplois et la mise en péril de projets culturels et artistiques dans nos territoires, puissent être entendues. Elles ont été largement étudiées et acceptées par les professionnels et les représentants des employeurs depuis déjà de nombreux mois. L'"accord" du 22 mars qui n'en a que le nom ne peut donc être adopté en l'état et ne doit pas recevoir l'agrément du gouvernement.

 


Commenter cet article